Leku-izenak

Jauregia - Lekuak - EODA

Jauregia (-a) (Etxea)

Entitatea:
Eraikuntzak/Etxebizitza
Arautzea:
ikerlari baten arautze proposamena 
Non: Urketa
Kokalekuak:
  • garcie belce de aurt e de orcuit, seigneur des “salles” de ces lieux - (1120 [2000]) ORP.MAISMED , V. kap., 220. or.

    Zer: Etxe noblea
    Non: Urketa
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • jauréguy - (1831) IP.KAT.Z , --

    Zer:
    Non:
    Jatorria: IP.TOP.IKER

  • jaur-egui - (1874) LU.RNLPB , 14. or.
    (...)
    Ier. Affixes commençant par une voyelle [...] Egui et dans le Pays basque français hegui. Ce mot signifie dans le vocabulaire commun "bord, extrémité d'une chose, lisière d'un bois, côté de montagne". En toponymie, il s'emploie de deux façons [...] 2º A la fin des noms géographiques. Dan ce cas, egi, n'a plus de valeur propre et devient affixe: Eyher-eguy (Soule) "lieu du moulin", Biscarr-egui (Bisc.) "lieu de la colline", Oyer-egui (Nav.) "lieu du bois", Cf. Jaur-egui (Nav.) et Yau-regia nom d'une foule de localités françaises, pour Yaun-egia "lieu ou réside le maître, château" [Le dictionnaire de Pouvreau veut que jauregi soit pour jaun-degi: jaun "maitre, seigneur" et tegi, affixe toponymique dur lequel nous reviendrons plus bas. Tes est aussi l'avis de M. Vinson, Rev. de Ling. III, 4, p. 450. Il faudrait alors supposer que la finale egi, si fréquente en toponymie, n'est qu'une déformation de tégi, ce qu'il nous semble difficile d'admettre. Nous pensons qu'ici jaun-egia a pu devenir directement jaur-egia, par une permutation du n et du r, qui a lieu quelquefois même devant une voyelle, par exemple dans le nom verbal jaur-etsi (Soul. Mérid. Oihénart) "reconnaitre quelqu'un pour seigneur" (Van Eys, vº Jauregi) Cf. Oyham-bure (B. Nav.) qu au XIIIe s. s'écrivait aussi Oyarburu (charte navarraise de 1223). Egi serait donc un suffixe toponymique indépendant de tégi. Nous verrons plus bas que le nom commun iri "ville" s'emploie aussi comme suffixe]. Astarloa qui admet aussi que egui est souvent pris comme simple finale, veut cependant lui conserver quelque chose de sa signification particulière, et prétend qu'Arr-egui, par exemple, équivaut à "coin pierreux ou côte pierreuse" assertion insoutenable en bien des cas et qui repose uniquement sur la décomposition bizarre faite par cet auteur du mot egui en e "doux, suave" et gui, particule négative; d'où le sens de "désagréable, âpre, montagneux". Comment aurait-il expliqué des noms comme Zabal-egui (Nav.), village placé dans une partie évasée et plane de la vallée d'Elorz? Les formes analogues Zabal-dica, Zabal-za, Zabal-eta, s'appliquent toutes à des localités occupant la même position, et signifient invariablement "endroit large et ouvert, lieu en plaine"
    (...)

    Zer: Etxeak
    Non: Ipar Euskal Herria
    Jatorria: LU.RNLPB

  • yauregia < yaunegia - (1874) LU.RNLPB , 14. or.
    (...)
    Ier. Affixes commençant par une voyelle [...] Egui et dans le Pays basque français hegui. Ce mot signifie dans le vocabulaire commun "bord, extrémité d'une chose, lisière d'un bois, côté de montagne". En toponymie, il s'emploie de deux façons [...] 2º A la fin des noms géographiques. Dan ce cas, egi, n'a plus de valeur propre et devient affixe: Eyher-eguy (Soule) "lieu du moulin", Biscarr-egui (Bisc.) "lieu de la colline", Oyer-egui (Nav.) "lieu du bois", Cf. Jaur-egui (Nav.) et Yau-regia nom d'une foule de localités françaises, pour Yaun-egia "lieu ou réside le maître, château" [Le dictionnaire de Pouvreau veut que jauregi soit pour jaun-degi: jaun "maitre, seigneur" et tegi, affixe toponymique dur lequel nous reviendrons plus bas. Tes est aussi l'avis de M. Vinson, Rev. de Ling. III, 4, p. 450. Il faudrait alors supposer que la finale egi, si fréquente en toponymie, n'est qu'une déformation de tégi, ce qu'il nous semble difficile d'admettre. Nous pensons qu'ici jaun-egia a pu devenir directement jaur-egia, par une permutation du n et du r, qui a lieu quelquefois même devant une voyelle, par exemple dans le nom verbal jaur-etsi (Soul. Mérid. Oihénart) "reconnaitre quelqu'un pour seigneur" (Van Eys, vº Jauregi) Cf. Oyham-bure (B. Nav.) qu au XIIIe s. s'écrivait aussi Oyarburu (charte navarraise de 1223). Egi serait donc un suffixe toponymique indépendant de tégi. Nous verrons plus bas que le nom commun iri "ville" s'emploie aussi comme suffixe]. Astarloa qui admet aussi que egui est souvent pris comme simple finale, veut cependant lui conserver quelque chose de sa signification particulière, et prétend qu'Arr-egui, par exemple, équivaut à "coin pierreux ou côte pierreuse" assertion insoutenable en bien des cas et qui repose uniquement sur la décomposition bizarre faite par cet auteur du mot egui en e "doux, suave" et gui, particule négative; d'où le sens de "désagréable, âpre, montagneux". Comment aurait-il expliqué des noms comme Zabal-egui (Nav.), village placé dans une partie évasée et plane de la vallée d'Elorz? Les formes analogues Zabal-dica, Zabal-za, Zabal-eta, s'appliquent toutes à des localités occupant la même position, et signifient invariablement "endroit large et ouvert, lieu en plaine"
    (...)

    Zer: Bizilekuak
    Non: Euskal Herria
    Jatorria: LU.RNLPB

  • yauregi, yaundegi, yaun-egi - (1909) VIN.INTELB , 351. or.
    (...)
    St-Pierre d’Irube, près de Bayonne, porte eu basque le nom de Hiriburu «extrémité de in ville» dont il est pourtant àI près de deux kilomètres; mais le nom Irube n’apparaît qu’en 1500 et au XIIIe siécle on a Yruber ou Hiruber qui suggère une autre signification, soit Hirubehere «au-dessous de la ville, soit plutôt Hiriberri «ville neuve»; Hiru sérait une variante de hiri; la forme pleine serait même irun, hirun (Cf. Irun, Irumberri); nous savons que n final disparaît dans la composition : eguerri pour eguberri «jour nouveau», Yauregi pour Yaundegi, peut-être Yaun-egi, (avec r = n comme dans Jauretche pour Yaunetche «maison du Seigneur»), «château, demeure du Seigneur»
    (...)

    Zer: Leku-izena
    Non: --
    Jatorria: VIN.INTELB

  • jauregui - (1912) VIN.TB , 406. or.
    (...)
    La chute du n final est remarquable. Du reste, la phonétique du n final basque est fort intéressante. Le plus souvent, n paraît inorganique ; cf. les variantes arrai et arrain « poisson », mai et mahain « table » ; les dérivés degite « ils le font », emazu « donnez-le », noaque « j’irais » de egin, eman, yoan; et les composés Jauregui pour yaun-degi « habitation du seigneur château, yabe, yaube « maître, sous-seigneur ». La permutation ordinaire est r : yauretche « maison du Seigneur ». Cette permutation se produit même devant les explosives douces : cf. oihambeltz « forêt noire », oyamburu « tête du bois, Cap de bosc « et oyarbide « route du bois » ; jaurgain n’est-il pas yaun gain « (maison) au-dessus (de celle) du Seigneur » ?
    (...)

    Zer: Leku-izena
    Non: --
    Jatorria: VIN.TB

  • jauregia < jaunegia 'mansión del señor' - (1945) CB.MAT , VI-3, P.126-127

    Zer:
    Non:
    Jatorria: CB.MAT

  • jaureguy - (1970) IP.KAT.B , --

    Zer:
    Non:
    Jatorria: IP.TOP.IKER

  • jauréguy - (1981) IGNF.25 , 1344 ouest

    Zer: Etxea
    Non: URKETA
    Jatorria: IGNF.25

  • jauregi - (1988) JIM.ESTN , 59. or.
    (...)
    IV. Encuesta toponomástica [en Euskera, núm. 33, Bilbao: Euskaltzaindia, 1988, pp. 289-301] (...) 3.3.2. Palacios (Jauregi). Título. Nombre popular.
    (...)

    Zer: Toponimoen osagaia
    Non: Euskal Herria
    Jatorria: JIM.ESTN

  • jauregi - (1995) DRPLV , V, 198. or.
    (...)
    Berdintsu gertatzen da etxe-izenetan toponymo berak hurrengo argigarriren bat daramanean -gorago etxe-izen ez direnetan ere ikusi dugu-: Goitia / Beitia, Goikoa (Goikoetxea) / Bekoa, Goieaskoa (Goieaskoetxea) / Beaskoa (Beaskoetxea), Go(i)ena (Go(i)enetxea) / Barrena (Barrenetxea), Go(i)enengoa / Barrenengoa (Barrenengoetxea), Onaindia / Araindia, Aruzkoa / Onuzkoa, Garaia / Beherea, Ga(i)nekoa eta Goitikoa / Azpikoa (Azpitikoa) (Azpikoetxea), Garaikoa (Garaikoetxea) / Beherekoa, Aurrekoa (Aurrekoetxea) /Ostekoa (Osteikoa, Ostaikoa, Ostenkoa, Ostaikoetxea) [142. oin oharra: Eta baita Osteingoechea ere, Fog. 1704, Gatikan] eta Atzekoa (Atzekoetxea), Emetikoa (Emendikoa) / Andikoa (Andikoetxea), Zaharr(a) / Berri(a) (Barria), Erdikoa, Aurtena (Aurtenetxea), Aurtenekoa, Aurtenengoa, Auzokoa (Auzokoetxea), Urrutia (Urrutikoetxea, Urritikoetxea), Bengoa (Bengoetxea / Beingoetxea) (Beingoa), Goia, Ga(i)na, Bein, Beina (Beiña) [143. oin oharra: Bada Beinacoa baserria Ipazterren, Fog. 1796, aurretik finkaturiko Beina formari artikulurik kendu gabe sorturikoa, agian pertsona bati hala deitzen zitzaiolako, gaztelaniaz '(la) casa de Beina' litzateke formazio derivatuaren itzulpen jatorrizkoa], Azpia, Bitarte, Aurre, Aldea, Aldekoa, Basterra (Basterretxea), Zearra, Etxenagusia, Urrengoa, Errota, Etxaun, Soloa, Zelaia, Buru, Arte, Ondo, Uriarte, Arteetxe, Saletxe, Abeletxe, Jauregi, Torre(a) (Torretxea), Etxabarria, Etxatxua, Ormaetxea, Nagusia (Etxenagusia), Andia (Etxeandia) / Txiki(a), Txikerra, eta baita -txu edo -txo berrekailu diminutivoa ere bestea baino tipiagoa dela adierazteko, eta horren ondorik Txikerrena, eta abar. Badira Urazurrutia eta Urazandi ere, bigarrenak kasuren baten Urazemendi ere izan dezakeela, uren nongo aldetik begiratzen den [144. oin oharra: Hori gertatzen da Deban, uraz bestaldean dagoen etxeari Urazandi deitu izan baitzaio, baina Mutrikuarrek Urazemendi. Hala erran zidan Gerardo Elortza irakasle eta ene adiskide on denak]. Batzutan dokumentazioan ikusten da Goitia bat Goikoa bihurtu dela, eta Beitia berriz Bekoa. Dokumentazioa mapetan jarririk agian zerbait argituko litzateke khronologiari dagokion arazoa. Horretarako gai asko bildu beharko litzateke aurretik
    (...)

    Zer: Oikonimo-osagaia
    Non: Euskal Herria
    Jatorria: DRPLV

  • jauregi - (2000) ORP.MAISMED , V. kap., 220. or.

    Zer: Etxe noblea
    Non: Urketa
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • jauregi - (2000) ORP.MAISMED , III. kap., 94. or.
    (...)
    Le mot hegi “bord, crête”, nommant aussi bien le “bord” de tout cours d’eau que les pics les plus hauts et leur voisinage immédiat, est d’emploi partout généralisé: assez peu en nom simple hegi(a) “(le) bord, (le) sommet” pour des maisons d’Isturitz, Hélette, Béguios, Macaye, Bardos, très abondamment pour les composés et dérivés hegito, othegi, olhegi, hegilior, hegigorri, hegizabal, hegiluze, iregi, (h)arregi, larregi, hegigoien, garatehegi etc. Parfois une consonne de liaison -t- confond les composés de hegi, comme à Uhart-Cize 1350 berrotegui, Larcevau 1412 arthegi, Asme 1350 loy tegui et Amendeuix 1412 lohitegui etc., avec le paronyme -(t)egi au sens de “demeure” (dans jauregi, apheztegi etc.). L’ambiguïté est en général levée si le premier élément peut s’identifier comme anthroponymique, jaun “seigneur”, aphez “abbé” et tous les prénoms et surnoms reconnaissables comme tels (voir plus loin: les noms à base anthroponymique), ou s’il est, comme pour berro “broussaille”, lohi “limon” etc., toponymique. Les formes doubles ne sont pas exclues, et au plus commun larregi (à Ascarat 1350 larreguy et d’autres) s’oppose à Hélette 1350 larrategui, où la forme de composition régulière larra- de larre “lande” a été maintenue grâce à l’insertion de la consonne de liaison, avec perte de l’aspiration initiale de hegi (voir le chapitre IV)
    (...)

    Zer: Oikonimoa
    Non: Euskal Herria
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • jauregi [< jaun] - (2000) ORP.MAISMED , IV. kap., 184-185. or.
    (...)
    Consonnes de liaison [...] occlusive dentale -t- d’emploi plus étendu et plus fréquent en environnement consonantique vélaire: elle est absente dans le composé sans doute très ancien jauregi (où le signe de composition est l’altération de la consonne finale de jaun: voir ci-dessus), mais apparaît ensuite systématiquement, entre voyelle et après sifflante de préférence, mais aussi sonorisée en -d- après nasale et latérale, ce qui fait l’importante série de domonymes, surtout concentrés en Cize, sur des anthroponymes au sens de “demeure de …” (voir le chapitre III): apheztegi, aroztegi, iphuztegi, gorriategi, prebostegi etc.; de même entre voyelles sur oki “emplacement”, sans consonne de liaison dans 1350 arroqui “lieu de pierre”, ordoki “plateau” et ses composés, 1366 mugoquy sur muga “limite” à Bussunarits, avec consonne dans 1264 çurçaytoquia à Amorots, 1412 arandoqui à Anhaux; entre sifflante et voyelle après aitz “pierre” ou lats “cours d’eau” dans 1150 aztoquie à Beyrie, 1293 lastiri à Jaxu, 1366 lastaun à Ispoure etc. La consonne de liaison peut aboutir à des formes plus rares et parfois ambiguës: à Saint-Jean-de-Luz 1257 burutharan qui semble la forme inversée, à consonne antihiatique (l’aspirée de haran n’est pas régulièrement articulée ni écrite, et de toute façon correspond ici à l’occlusive aspirée th), du commun haranburu “tête de vallée”; à Hélette 1350 larrategui est composé de hegi “bord, crête” avec disparition de l’aspirée (une autre analyse est possible à partir du dérivé ou composé larrate), à Uhart-Cize 1350 berrotegui de berro “broussaille”, ailleurs lohitegi de lohi “limon” etc., ce qui fait voir que les noms terminés par -tegi ne doivent pas s’entendre au sens de “demeure de…” chaque fois que le premier terme est incontestablement de sens toponymique
    (...)

    Zer: Etxeak
    Non: Euskal Herria
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • jauregi - (2000) ORP.MAISMED , IV. kap., 185. or.
    (...)
    La structure à double substantif “complément antéposé au complété”, qui correspond à l’ordre normal en syntaxe basque, est évidemment la plus productive en toponymie, à peu près toujours sans marque de génitif (l’antéposition simple d’un indéterminé vaut génitif en basque): haranburu “tête de vallée”, uhalde “côté de l’eau”, larregi “bord de lande” etc. Les noms où le premier terme est marqué au génitif dit “locatif” en -ko sont extrêmement rares, le premier terme indiquant en général une position: aitzinekoetxe, beherekoetxe, garaikoetxe, “maison d’avant, du bas, du haut”. Les premiers termes de très rares noms comme 1412 jancoeche à Leispars, xuricoberro à Barcus (Censier) sont des anthroponymes (surnoms) à diminutif “(maison du) petit seigneur”, “(broussaille) du petit blanc”, et entrent dans la catégorie des noms dont le complément antéposé est un nom de personne indéterminé, comme les communs jauregi “demeure du seigneur”, bereterretxe “maison du prêtre”, à Macaye 1245 apesmeheca “défilé de l’abbé” etc.
    (...)

    Zer: Etxeak
    Non: Euskal Herria
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • jauregi - (2000) ORP.MAISMED , IV. kap., 186. or.
    (...)
    etxe “maison” peut être complété par aphez “abbé”, bereterr “prêtre”, ehule “tisserand”, jaun “seigneur” (jauretxe “maison du seigneur”, quoique rare, fait concurrence à jauregi), landerr “étranger” etc., et aussi des noms de lieux correspondant à des surnoms d’origine: burdeletxe, hatsaetxe, jestietxe, tarnaetxe nomment ainsi des originaires de “Bordeaux, Ahaxe, Gestas (en ce cas “appartenant au seigneur de la Salle de Gestas”), Tarnos”
    (...)

    Zer: Etxe-izena
    Non: Euskal Herria
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • jauregi - (2000) ORP.MAISMED , II. kap., 78-79. or.
    (...)
    L’étymologie du mot basque jauregi, littéralement “demeure de seigneur”, en fait le nom spécifique de la maison noble, et c’est ainsi qu’on l’utilise, soit seul, soit précédé du toponyme selon le modèle fourni dans la citation latine de 1243 dominus de Çaro jaureguia “le seigneur du jauregi de Çaro” (village cizain qui a plusieurs autres maisons nobles) dans tous les lieux où la maison noble répond à trois conditions: 1° elle n’a pas de nom toponymique propre, sinon celui du hameau lui-même (auquel elle a pu l’avoir donné parfois, mais c’est invérifiable), 2° elle est l’unique ou la principale maison noble du lieu, fondatrice ou protectrice de l’église, possédant en général des fivatiers, 3° le mot jauregi ne forme pas de mot composé avec les divers qualifiants qui peuvent s’y ajouter, en général quand il y a plusieurs maisons nobles au même lieu (voir ci- dessous). En Basse-Navarre et Labourd ce mot basque équivaut généralement au terme roman salle, sala qui est le mot commun le plus employé pour désigner toute maison noble, rarement et irrégulièrement concurrencé dans les textes navarrais par palacio pour quelques maisons en général importantes (Ahaxe, Aphate de Bussunarits etc.). Il arrive que les versions romane et basque, rarement latine, alternent selon les textes, comme à Bunus 1350 la sala, 1412 iauregui, ou à Asme (voir ci-dessous). En Soule jauregi correspond habituellement aux maisons dites domec dans les textes gascons. // Lorsque le mot jauregi s’emploie seul en basque, il est rare que la maison ainsi nommée n’ait pas rang de noblesse, comme en Soule pour Leytzsse jaureguy au quartier du même nom à Domezain, maison franche, pour le jauregi du quartier de Larzabal et celui de Larhunsun à Ordiarp, et jauregi de Cihigue, maisons fivatières. Le domec d’Abense-de-Haut (actuellement Jaureguy) est dit seulement “franc” au Censier. La définition statutaire est parfois plus incertaine: à Asme en Ostabarès l’enquête de 1350 classe azpun jaureguy parmi les botheyas de Laxague, mais en 1365 la sale d’Azpe qui la nomme en gascon est citée parmi les nobles. // Les composés de jauregi, sur berri “neuf”, zahar “vieux”, barren “intérieur”, behere “bas”, goiti, goien ou gain “haut”, ont mieux résisté à la traduction romane des textes médiévaux, la forme basque réduisant parfois par haplologie jauregi à jaur-, et ils servent plus souvent, surtout en Soule, à nommer des maisons sans statut de noblesse. En Basse-Navarre elles sont nobles à Iholdy (1366 salenave, 1412 jaureguiberrie), Bascassan (1291 jaureguybaren, 1366 jaureguybehere pour la même maison), Béhorléguy (1350 iaureguy barena), Buçunaritz (1366 jaureguygoyen), Masparraute (1316 sale iusan, 1320 en latin aula inferior actuellement Jaubeheytia), Beyrie (1350 salanova, 1412 jaureguiberrie), Amendeuix (1350 salanova, 1412 la sal(le) de Yaureguiberrije), Oneis (1350 Jaurgoyen, 1412 jaureguigoyhen), Suhast (1412 sale nave, actuellement “Jauberria”); mais à Béhorléguy 1350 jaureguiberri est maison franche, et à Uhart-Cize 1412 Jaureguiberry fivatière de Hegoburu. En Labourd les maisons ainsi nommées à Saint-Pée (1412 jaureguisarre ) et à Sare (1505 lostal et maison de Jaureguiberry) sont franches. // La Soule offre une situation plus étonnante pour ces composés, avec une minorité de maisons nobles (Jauregiberri à Undurein, à Menditte, à Libarrenx; Jaureguibarne à Abense-de- Bas, Jauregizahar à Menditte, Jaurgain à Ossas, Jaurigoien à Chéraute), et le même nombre de maisons franches (Jauregiberri à Licharre, Ossas, Ordiarp, Sauguis, Jauregizahar à Sauguis, Jaurigoiti à Etchebar, Jauriaga à Aroue), et un grand nombre de maisons fivatières et botoys, les plus nombreuses étant comme ci-dessus nommées Jauregiberri (Aroue, Charritte-de-Bas, Domezain, Mendy, Suhare, Viodos, Abense-de-Bas, Espès, Oyherc, Aussurucq, Charitte-de-Haut, Altzaï, Montory), puis Jauregigoien ou Jaurgoien (Gotein, Aussurucq, Barcus, Laccarry, Sauguis), Jauregizahar (Suhare), Jauregisala (addition surprenante des deux noms à Gotein), Jaureguiguerra selon le Censier qui devait être Jauregiagerre (à Gotein). La salenabe du Censier à Barcus est “Jauregiberri” en basque. Même en tenant compte que des maisons annexées ou fondées par des maisons nobles ont pu conserver dans leur nom la marque de cette appartenance seigneuriale pour ce qui est des fivatières, que la frontière entre “alleu franc” et “noble” n’a pas été toujours bien définie pour les franches, que le statut initial enfin, a pu changer au cours du temps et des événements, sans modifier le nom, cette concentration de jauregi qualifiés de “neufs, vieux” etc. suggère que l’habitat souletin et sa dénomination se sont organisés, au moins pour une part, d’une façon différente de celle des autres territoires, les composés basques de sala donnant la même impression. // Le nom jauretxe “maison de seigneur” est porté par une maison noble à Cambo (1505 jaurretche), et on le trouve aussi probablement sous forme phonétiquement et graphiquement gasconnisée dans le recensement béarnais de 1385 à Sarpourenx pour une maison noble: la domengedure de Gauregs. Le même texte cite à Charre en pays oloronais où plusieurs villages ont une domonymie médiévale basque, les maisons nobles Jauribeheti et Jauliberrie reprenant les composés de type souletin. (19) Cité en 1551 à Beyrie en Mixe jauriratz “fougeraie du seigneur”, composé “à l’ancienne”, indique une maison établie sur un domaine seigneurial, sans information pourtant sur son statut
    (...)

    Zer: Oikonimoa [eta osagaia]
    Non: Euskal Herria
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • garcie belce de aurt et orcuit - (2000 [1119-1136]) ORP.MAISMED , I. kap., 9. or. [Sorde, CXIV]
    (...)
    1119-1136 (in presentia Gilelmi Martelli abbatis “Guillaume-Martel”) [...] CXIV, Urt et Urcuit: Garcie Belce de Aurt et Orcuit (seigneur des Salles d’Urt et Urcuit surnommé Belce pour Belza “le noir”) ayant donné à Sorde la part qu’il avait dans l’église Saint-Paul d’Urt, son fils Lope Harse (harz “ours” en basque représente le nom paternel Garcia) se révolte avant d’être excommunié et de revenir à la raison, pour être enterré à Urcuit par l’abbé de Sorde Guillaume Martel: témoins Johannes prêtre d’Urcuit, Bernard d’Urcuit et ses fils dont Raymond chanoine de Bayonne
    (...)

    Zer: Emailea
    Non: Ahurti-Urketa
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • orquiet - (2000 [1170]) ORP.MAISMED , III. kap., 118. or.
    (...)
    urki ou burki “bouleau”, à l’origine des toponymes assez fréquents Urkiaga, Urkizu, fait le nom d’Urcuit et de sa “salle” 1170 orquiet (dont la latinisation par les scribes à la même date est auricocto “or cuit”!) issu du dérivé locatif *urkieta, nom de maison aussi à Ayherre 1435 urquiet, et sans doute le nom de l’ancien domaine d’Anglet 1150 urcos, à Cambo 1249 urcjndoy cacographie pour 1505 urcudoy, en Mixe à Amendeuix 1412 burquidi, peut-être aussi 1361 burgui à Saint-Palais et à Sare 1505 dibourki; le latin betulu > “bouleau” a pu servir comme base de quelques rares noms peu explicables autrement comme peut-être à Urdos de Baïgorry 1350 betart (voir plus haut begi), plus sûrement au Censier bethularre à Larrebieu
    (...)

    Zer: Herria, jauregia
    Non: Lapurdi
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • p. a. d'orcuit - (2000 [1235?]) ORP.MAISMED , I. kap., 18. or. [L. d'Or Bay., LXX]
    (...)
    1235 (date incertaine), LXX: la cathédrale a reçu de W. A. de Garro milite (“noble”, de Mendionde) avec l’assentiment de sa femme toute la dîme de Sancti Martini d’Arribeire Longue (ce nom roman “rivage long” désigne la paroisse de Larressore) “excepté pour les maisons de Halsu avec leur araires et leurs travaux”; garants pour Garro: P. A. d’Orcuit (Urcuit), Arlotus de Yruber, Messeriat de Pagandurue (maison noble de Macaye), Fort A. de Spile (pour “Espila”, maison non localisée en Labourd: devait se trouver à Ustaritz)
    (...)

    Zer: Berme-emailea
    Non: Urketa
    Jatorria: ORP.MAISMED

  • jaureguy - (2004) IGNF.TDAT , 1344

    Zer:
    Non:
    Jatorria: IP.TOP.IKER

  • jauregia (-a) - (2005) IP.TOP.IKER , LLAP

    Zer:
    Non:
    Jatorria: IP.TOP.IKER

  • jauregia (-a) - (2006) IP.TOP.IKER , BBAP

    Zer:
    Non:
    Jatorria: IP.TOP.IKER

  • jauregia (-a) - (2008) IP.TOP.IKER , 12213
    (...)
    64540 udal-kodea IGNFren arabera. IGNF Generikoa: ECAR: Hameau, gpe d'habit°, habit° isolée, maison forest. IGNF UTM X: 30263; UTM Y: 13858
    (...)

    Zer:
    Non:
    Jatorria: IP.TOP.IKER

  • Jaureguy (ofiziala)
  • Jaureguy (frantsesa)
UTM:
ETRS89 30T X.634149 Y.4816268
Koordenatuak:
Lon.1º20'22"W - Lat.43º29'17"N

Kartografia:

1344 [RAND.25]; 1344 ouest [IGNF.25]

Egoitza

  • B
  • BIZKAIA
  • Plaza Barria, 15.
    48005 BILBO
  • +34 944 15 81 55
  • info@euskaltzaindia.eus

Ikerketa Zentroa

  • V
  • LUIS VILLASANTE
  • Tolare baserria. Almortza bidea, 6.
    20018 DONOSTIA
  • +34 943 42 80 50
  • donostiaordez@euskaltzaindia.eus

Ordezkaritzak

  • A
  • ARABA
  • Gaztelako Atea, 54
    01007 GASTEIZ
  • +34 945 23 36 48
  • gasteizordez@euskaltzaindia.eus
  • G
  • GIPUZKOA
  • Tolare baserria Almortza bidea, 6
    20018 DONOSTIA
  • +34 943 42 80 50
  • donostiaordez@euskaltzaindia.eus
  • N
  • NAFARROA
  • Conde Oliveto, 2. 2. solairua
    31002 IRUÑEA
  • +34 948 22 34 71
  • nafarroaordez@euskaltzaindia.eus

Elkartea

  • I
  • IPAR EUSKAL HERRIA
  • Gaztelu Berria. 15, Paul Bert plaza.
    64100 BAIONA
  • +33 (0)559 25 64 26
  • +33 (0)559 59 45 59
  • baionaordez@euskaltzaindia.eus
  • Euskaltzaindia - Real Academia de la Lengua Vasca - Académie de la Langue Basque
  • Plaza Barria, 15. 48005 BILBO
  • +34 944 158 155
  • info@euskaltzaindia.eus
© 2015 Your Company. All Rights Reserved. Designed By JoomShaper